Le mag ! - Hiver 2021 / N°9

2020 aura marqué un tournant dans la vie du jeune couple qui vivait en région parisienne. Malory et Matthieu ont troqué une vie urbaine contre la campagne et donnent aujourd’hui vie à un projet très structuré : une micro-ferme maraichère en bio. «Nous nous sommes rencontrés en 2014, et très vite nous avons commencé à réfléchir à un projet porteur de sens pour nous », explique Matthieu Baig, ancien ingénieur dans le secteur de l’armement militaire. Dès 2014, Matthieu Baig crée avec son frère une entreprise de paysagisme, « je l’aidais pour la comptabilité et les aspects techniques », explique-t-il tout en mentionnant l’obtention en cours du soir d’un CAP de pâtissier. De son côté, Malory travaille dans le secteur du marketing pour le compte de plusieurs clients, « je continue mon travail depuis Chaumussay, c’était important qu’un de nous deux conserve un revenu», explique Malory. «Les incroyables comestibles » Très rapidement, le couple souhaite s’engager vers la culture, le partage, l’environnement et ils s’investissent dans le mouvement « les Incroyables Comestibles », « c’est une appropriation de l’espace non utilisé afin de cultiver des légumes, c’est une démarche coopérative et tournée vers l’autonomie alimentaire et le partage », explique Matthieu qui a participé à la création de jardins à Boulogne-Billancourt. Dès 2014, le couple souhaite quitter l’asphalte pour s’installer à la campagne, «moi je voulais un chien, il fallait donc avoir une maison», s’amuse Malory ! Le couple définit alors les grands axes d’un changement de vie radical. «Nous cherchions dans un triangle entre Nantes, La Rochelle et Tours, il fallait être à moins de 30 minutes d’une gare TGV pour les déplacements de Malory. Nous avons commencé nos visites de ferme en 2017 et c’est finalement une panne de voiture sur l’A10 à Châtellerault qui nous a permis de découvrir le Sud Touraine », raconte Matthieu. Le choix d’une production en Bio intensif Matthieu Baig a construit son projet avec pour objectif de produire de bons produits tout en visant une rentabilité économique. « Je me suis formé, beaucoup documenté et j’ai finalement choisi le bio intensif, c’est une technique très rigoureuse, tout est rationalisé, c’est nécessaire pour ne pas perdre d’argent », explique l’ingénieur devenu maraicher qui développe progressivement ses parcelles de production. Matthieu compte exploiter 20 parcelles en 2022 chacune bordée d’arbres fruitiers, « 300 au total ». La Ferme de la Courette travaille déjà avec La Ruche qui dit Oui, les magasins spécialisés, un magasin de producteurs à Lésigny, des restaurateurs et fait de la vente à la ferme. DE PARIS À CHAUMUSSAY LA NOUVELLE VIE DE MATTHIEU & MALORY ferme de la courette Tél. : 06 74 32 83 34 Si le premier confinement a impulsé le démarrage officiel du projet de Matthieu Baig et Malory Havet au cœur de la campagne à Chaumussay, les deux ex-Parisiens nourrissaient depuis longtemps l’envie de donner du sens à leur vie. Avec la Ferme de la Courette, leur projet est devenu réalité. 18 zoom ! RÉSISTER & REBONDIR « Nous avons réfléchi à un projet porteur de sens » CHANGEMENT DE VIE C'est une panne de voiture sur l'A10 qui a permis au jeune couple de découvrir le Sud Touraine

RkJQdWJsaXNoZXIy MTAyMTI=